SECOND VOLET

LA PREMIERE GUERRE MONDIALE ET JUSQU'EN 1940

 

Le 2 août 1914, la guerre est déclarée..

L'Océan


Le 6 octobre 1914, sur demande de l’Etat, la compagnie crée, dans l’atelier de voilerie en plein cœur du site, l’Hôpital Bénévole "82bis". Entièrement géré par les messageries qui fournissent le personnel infirmier, les lits, les sanitaires, les fourneaux, les ventilateurs, le chauffage, l'eau et l'électricité. L’hôpital peut recevoir 300 blessés.

 

Reparations  L'OXUS en réparation

 

L’activité de construction navale est stoppée net: en dehors de la fourniture de quelques chalands pour la Marine Nationale, on assurera uniquement des activités de carénage, de réparation ou de transformation en 1915.
Presque tout est orienté pour assurer un formidable effort de guerre: obus (6000 obus de 75 en 1915, 10000 en 1916..), caissons d’artillerie et avant-trains pour canons de 75 (800 en 1915, 1700 en 1916), plateformes et affûts pour grosse artillerie.

 

      L'effort de guerre            

 

Les navires des messageries réquisitionnés assurent, de leur côté, l’acheminement des troupes. En 1916, en un mois, 60000 soldats serbes sont transportés des côtes d’Albanie et de Corfou jusqu’à Salonique sur le Melbourne, le Néra, le Chili, le Dumbéa et l’Australien. 2370 prisonniers autrichiens sont acheminés de Valona et Brindisi vers Asmara en Sardaigne par le Natal et le Sinaï. L’Himalaya, le Sontay et d’autres paquebots embarquent 11420 soldats russes à Dalny pour Marseille. Sans oublier le contingent Sénégalais parti de Dakar pour la France.
Enfin, épisode méconnu, 20000 chinois, 25000 annamites et tonkinois seront transportés de Chine vers la France pour assurer la main d’œuvre industrielle.

Les activités maritimes reprennent aux chantiers en 1916, avec la réparation du contre torpilleur Cassini, des remorqueurs Polyphème et Atlas, des torpilleurs le d’Iberville et le Téméraire, on entreprend plusieurs constructions : le Cordillère, l’Atlantique, le Karnak, le Polynésien, l’Amazone, le Calédonien, le Péï Ho, El Kantara et l’Ispahan.

 

Peï-Ho - Himalaya - Melbourne

 

Les Messageries abandonnent la construction navale mais continueront à exploiter leur flotte de paquebots qui seront commandités à divers chantiers (La Ciotat, La Seyne, Le Havre..).

Une voie ferrée est aménagée en 1916 depuis la gare PLM jusqu'aux chantiers pour pouvoir acheminer par rail, les divers produits destinés au front (locomotives, canons, etc..).

Construction de la voie ferrée

En 1917, la SPCN, Société Provençale de Construction Navale, filiale des Messageries Maritimes et des Etablissements Schneider, est créée. Elle continuera le travail des MM jusqu’en 1940 en lançant 83 unités dont: le Maréchal Joffre en 1930, le Ville d’Oran en 1934 et, le dernier, le Maréchal Pétain en 1939 (qui prendra la mer en 1949 sous le nom de La Marseillaise).

 

La Marseillaise (construction)  La Marseillaise

 

Entre-temps, La SPCA (Société Provençale des Constructions Aéronautiques), filiale de la SPCN, construira à La Ciotat quelques rares prototypes volants, avions ou hydravions.. Par exemple:
- Le Météore 63 (3ème exemplaire), piloté aux essais par le ciotaden Ernest Burri, en 1925 (les exemplaires 1 et 2 avaient été construits à Meudon).
- Le Hermès qui ne fut construit qu’à un seul exemplaire et ne fut pas retenu.

 

Atelier BréguetHydravion 20

SUITE et FIN 2ème PartieDE LA SECONDE GUERRE MONDIALE A NOS JOURS


Retour Haut