L'IMPERATRICE

1860-1870

Mis sur cale sous le nom de "Provence", ce paquebot est du même type que "le Guienne". Il est commandé à la Ciotat pour le service de l’Atlantique, mais l’ouverture d’une ligne vers l’Extrême-Orient le détourne de sa destination primitive. L’urgence des besoins en matériel flottant fait changer les plans de construction sur cale et le navire, ainsi que ses deux frères: le "Cambodge" et le "Donnai", subissent d’importantes modifications rendues nécessaires par leur nouvelle affectation : une hélice remplace les roues et un pont supplémentaire rehausse la coque.

 

L'Impératrice

99,5 mètres de long -11,7 mètres de large - 2188 tonneaux – Puissance moteur: 500 C.V. - 12 noeuds
une seule cheminée - 36 passagers de 1ère classe, 30 de 2ème et 21 de 3ème.


Lancé et rebaptisé en présence de l’Impératrice Eugénie, le 10 septembre 1860, il est livré en janvier 1861.

Il inaugure, le 23 juillet 1862, son premier départ pour Suez où il prend le courrier débarqué à Alexandrie par le service postal de la ligne d’Egypte et poursuit vers l’ Extrême-Orient, via le Cap. Il assure ensuite des voyages réguliers jusqu’au 4 septembre 1870, où la chute du régime entraîne la reprise de son premier nom :

 

Le Provence

1870-1881

Il continuera alors son service, le 16 octobre 1870, vers la Chine mais cette fois, directement par le canal de Suez.

En 1873, il est modifié,on lui enlève un mât, il reçoit une dunette à l’arrière, un gaillard d’avant et une nouvelle machine, avant d’être remis en service sur les lignes du Levant. En 1875, il chavire en cale sèche à la Ciotat.

Le 28 décembre 1881, dans la Corne d’Or, il est abordé à son poste d’amarrage par le vapeur russe Azoff et coule en vingt minutes sans perte de personnel. Relevée, l’épave se montre irréparable et sera démolie sur place.

 

Retour Haut