LE BONAPARTE

1847

Le Bonaparte

 

Auparavant, en 1843, est réalisé, dans les chantiers du Havrais Augustin Normand, « le Napoléon », premier vapeur français muni d'une hélice. Deux années après son lancement, le bâtiment est affecté au service postal de la Corse où il démontre l'étendue des qualités du nouveau mode de propulsion. Le Napoléon, désormais baptisé « le Corse » avec sa nouvelle affectation, surclasse à tous points de vue les navires utilisant le système des roues à aubes. Il est plus rapide, plus maniable et consomme 30% de charbon en moins.
Les armateurs et négociants marseillais comprennent rapidement les possibilités offertes par la navigation mixte (voiles et hélices combinées) : "il y a là toute une révolution, pour la marchandise surtout, qui est appelée par cette combinaison ingénieuse à faire le tour du monde en bateaux à vapeur".
La première société à vouloir adopter la propulsion par hélice est la Compagnie Valéry. Dès 1845, une commande est passée aux chantiers navals de La Ciotat pour la réalisation complète du « Bonaparte », un navire non seulement muni d'une hélice mais aussi d'une coque en fer. C'est une grande première en Europe continentale.
L'initiative de la Compagnie Valéry et de Louis Benet suit d'une année à peine le lancement du « Great-Britain » de Brunel, premier bâtiment au monde à rassembler les deux caractéristiques. Il n'y a rien de surprenant à voir cette commande adressée à l'entreprise de La Ciotat puisque John Barnes, le directeur des ateliers de mécanique, a participé à la construction du Napoléon au Havre en 1843 aux côtés d'Augustin Normand.
John Barnes a conservé les plans du « Napoléon » et s'est même procuré ceux du « Great-Britain » très certainement par le biais de la Société des ingénieurs civils britanniques. Commencée en 1845, la construction du « Bonaparte » est longue et difficile. Elle s'achève en janvier 1847 par une totale réussite.
Les premiers essais donnent d'excellents résultats. Les appareils à balancier consommaient 2,5 à 3kg de charbon par cheval vapeur et par heure. Le chiffre tombe aux alentours de 1,8 avec la propulsion par hélice. La marine marchande retire de ce nouveau système de navigation des avantages importants: les liaisons maritimes deviennent moins contraignantes et moins coûteuses car l'utilisation d'une hélice réduit de manière importante la consommation des machines, évite la multiplication des escales pour charger du charbon et libère de la place dans les cales pour de la marchandise. Le nouveau système de propulsion apporte également un avantage prépondérant pour la marine militaire. Placée sous la ligne de flottaison contrairement aux roues à aubes, l'hélice n'est pas accessible aux tirs de canons...


Retour Haut