L'ATLANTIQUE

1900 - 1921

Premier navire des Messageries avec la T.S.F., livré en mai 1900 pour le service de La Plata en remplacement du Portugal, vite démodé, et surpasse en vitesse et en confort le Chili et le Cordillère.

L'Atlantique

Beau paquebot en acier à deux hélices, deux cheminées et deux mâts, étrave incurvée avec volute décorative, long gaillard et roof arrière.
147,98 mètres de long– 4,8 mètres de large – 6908 tonneaux – Puissance moteur: 7200 C.V. – 18,5 noeuds – 249 passagers de 1ère classe, 111 de 2ème, 81 de 3ème, 217 de 4ème.

L'Atlantique à Bordeaux  Descente des Premières  Fumoir des 1ères

 

Il assure le service d’Amérique du 4 mai 1900 au 22 septembre 1912 puis, est affecté à celui d’Extrême-Orient sans changer de nom. Le 8 mai 1918, en convoi de Port-Saïd à Marseille, il évite une torpille mais le 9, un engin lui traverse l’avant et l’endommage gravement.

Torpillage de l'Atlantique

Réparé provisoirement à Sidi-Abdallah (Bizerte) il sera refondu à La Ciotat après la guerre selon le modèle du Lotus. Il reprendra son service en juillet 1921 sous le nom de :

ANGKOR

1921 – 1936

Il appareille de nouveau pour la Chine et le Japon le 28 octobre 1921 avec des caractéristiques nouvelles.

L'Angkor

7357 tonneaux – 133 passagers de 1ère classe, 75 de 2de, 81 de 3ème et 537 de 4ème.

Le 15 octobre 1923, un incendie de cale à Djibouti entraîne des dommages qui toutefois le laissent poursuivre ses missions jusqu’en 1928, où il est utilisé en Méditerranée sur la ligne circulaire. En 1932, après la perte du Georges Philippar, il retourne en Extrême-Orient.

Salle à manger des 1ères

 

Revenu en 1933 en Méditerranée, il désarme l’année suivante devant le succès sur ces lignes du Champollion et du Mariette Pacha. Vendu en février 1936, il sera démoli en Angleterre, au terme d’une longue carrière de bons services.


En rade de Permanbuco

 

Retour Haut