LE ANDRE LEBON

1915– 1952

Le ANDRE LEBON

161,3 mètres de long – 18,8 mètres de large– 13682 tonneaux – 11.000 C.V.– 17 noeuds.
200 passagers de 1ère classe, 184 en 2de, 109 en 3ème, 564 en entrepont.

Le André LEBON était un paquebot de la nouvelle génération, très semblable au Paul Lecat, baptisé du nom de l’ancien Président du Conseil d’Administration de la Compagnie de 1901 à 1914 et ancien ministre des Colonies. Il est livré par La Ciotat en juillet 1915.

Le lancement


Il effectue, à sa mise en service, un voyage au Japon et quelques rotations en Afrique du Nord pour transporter des troupes, en décembre 1915, avant d’être transformé de 1916 à 1918 en navire-hôpital.

 

En navire hôpital  En service en Orient


En 1919, il prend régulièrement son affectation sur la ligne d’Extrême-Orient. Au cours de cette année, en rade de Singapour, il est surpris par un coup de vent.. Ses sabord de charbonnage étant ouverts, il prend de la gîte et coule sur des hauts fonds.. Il peut donc être renfloué sans difficulté.

En 1922 il rapatrie de Chine des réfugiés polonais. Présent à Yokohama, le 1er septembre 1923 lors du terrible tremblement de terre, il participe avec efficacité au sauvetage et à l’hébergement du personnel diplomatique, dont Paul Claudel, Ambassadeur de France. Il continue l’exploitation du service d’Extrême-Orient jusqu’en 1938, puis alterne avec celui du Levant. Réquisitionné lors de la 2ème guerre mondiale, il effectue notamment le rapatriement des troupes de Syrie, en 1940 et 1941, avant d’être désarmé à Marseille.

 

Escale...  ... en Chine 

 

Saisi par les Allemands, le 6 mai 1943, il est utilisé comme navire-caserne à quai à Toulon et sera coulé par un bombardement aérien, le 11 mars 1944. Renfloué en 1945, il est remis en état et transformé à la Seyne, ses nouvelles dispositions permettent alors l’accueil de 287 passagers de 1ère classe, 171 de 2de et 107 de 3ème.

 

  L'intérieur luxueux du Lebon 


Il retrouvre la ligne d’Extrême-Orient, le 19 octobre 1946, et il sera, le 20 août 1948, le premier navire français à toucher le Japon depuis la guerre. Il reste présent sur le trafic asiatique jusqu’en octobre 1952, date de son remplacement par les nouvelles constructions. Il est alors vendu puis démoli à La Seyne en décembre 1952.


Au Japon... 

 

Retour Haut