L'APPRENTISSAGE

 

Apprentis électriciens

 

La tradition de l'apprentissage a toujours existé sur les chantiers. Les premiers constructeurs de navires transmettaient ainsi leur savoir (souvent à leur fils) et on vit également, dès leur création, la Compagnie des Messageries intégrer des apprentis, dès le plus jeune âge (10-11 ans en 1851), pour assurer leur formation.

Par la suite, les chantiers grandissant, l'attrait d'y acquérir formation et emploi, augmenta le nombre des candidatures. Il devint nécessaire d'ouvrir des écoles spécialisées dans la formation des divers métiers de la construction navale..

La première école d'apprentis

C'est dans ce but que diverses structures se sont succédées:

Une première école professionnelle fut édifiée en 1878 par la mairie grâce à une partie du matériel d’une ancienne bibliothèque (constituée,elle, en 1856, au 1er étage de la direction des chantiers, puis fermée par manque de fréquentation.). Elle se situait au sein des bâtiments du chantier bordant la rue Bouronne, entre les entrées de la Direction et de la Cité Ouvrière, au premier étage. Se fut l'école Louis BENET,du nom de cet industriel qui le premier installe, en 1835, une usine de machines à vapeur à La Ciotat.

L'école comprenait déjà tous les départements d'enseignement, sur deux à trois ans, des divers métiers de la construction navale ainsi qu'un "palestre" (ancêtre de nos gymnases) où les élèves pouvaient développer, après leur esprit, leurs capacités physiques et acquérir les muscles dont ils allaient bien avoir besoin dans l'exercice de leur futur métier!

 

L'école de soudure

 

Une autre structure, plus modeste, fut aussi créée: L'école de soudure. Jouxtant l'atelier, elle enseignait cette spécialité en quelques mois et fut développée quand cette qualification vint "en force" remplacer celle des riveteurs.

En 1953, On réunit tous ces enseignements dans les formations dispensées par un nouveau Centre Louis BENET.

 

Le Centre Louis Benet

 

Le centre "Louis BENET", édifié par la C.N.C (à l'emplacement de l'actuel centre de formation polyvalent du même nom), offrait aussi aux adolescents de La Ciotat, et des environs, des formations aux divers métiers de la métallurgie. Nombre de Ciotadens sont passés sur ses bancs et ont pu ainsi bénéficier d'une qualification professionnelle. Il pouvait accueillir, dès 14 ans, 180 apprentis et leur formation s'étalait sur deux ans.

15 Professeurs y dispensaient, en dehors, bien sur, de l'enseignement technique, un enseignement général permettant d'épanouir la culture des jeunes appprentis. On y enseignait les sections professionnelles suivantes:

Traceurs de coques - Chaudronniers - Electriciens - Mécaniciens Ajusteurs et Tourneurs - Menuisiers.

Les infrastructures s'étalaient sur 3000m² et comprenaient:
- 2 salles de cours (Français, Maths),
- 2 salles de dessin et technologie,
- 1 salle spécialisée dans l'audiovisuel,
- 1 gymnase,
- et les 6 ateliers d'enseignement des diverses sections.

Le centre était financé par les chantiers, mais également subventionné par ses ouvriers au travers de la "Taxe d'apprentissage" (qui représentait 5/1000ème de leur salaire). Taxe qu'ils pouvaient librement reverser au profit de ces jeunes qui pourraient être amené à leur succéder..

L'objectif de la formation était d'obtenir un C.A.P mais les titulaires pouvaient ensuite préparer un Brevet Professionnel, voire d'autres diplômes de plus haut niveau. On y constatait couramment un pourcentage de réussite élevé: se situant autour de 90% (de quoi faire rêver bien des établissements actuels!).

 

Les générations se succèdent...

 

Le centre Benet fut démoli en 1978, comme la Cité Ouvrière, lors des travaux d'extension des C.N.C. mais le tout nouveau Centre qui a été édifié à sa place perpétue encore, bien que dans des orientations bien différentes, la tradition de ces anciennes écoles: donner au plus jeunes le savoir et l'expérience de leurs aînés.

 

Retour          Haut