LE VALLON DU DIABLE

 

 

C’est une belle gorge aux parois imposantes, de près de 30 m par endroit, qui relie La Ciotat à Ceyreste. Ravagée par un incendie en 1960, elle est depuis souvent encombrée par d’énormes taillis et arbustes.., entre deux débroussaillages…

« Sur les minuits, si l’on passe par cet impressionnant défilé, une forte odeur de souffre ce fait sentir… Le parfum préféré du maître des Enfers !…».

Mais, qui pourrait passer à minuit par le Vallon du Diable ? Et pourquoi avoir baptisé du nom du malin cet endroit bucolique ?

Il faudrait imaginer qu’un soir un four à chaux ait répandu cette odeur caractéristique (il y en a au moins trois dans le vallon) et que la pleine lune ait silhouettée sur son disque blafard les cornes d’un bouc « meneur » de la ferme de Roumagoua, égaré ici, sous les yeux effarés d’un passant attardé..

 

 

Il faudrait aussi imaginer qu’au matin revenu, ce pauvre insomniaque ait vu sur le sol l’empreinte fourchue d’une chèvre du Jas de Mondon qu’il aurait prit pour le pied du prince des Ténèbres..

Il faudrait imaginer, beaucoup imaginer, car jamais, ni en réel, ni en légende, le Diable n’est apparu dans ce vallon..

Et pourtant, ici, tout porte son nom : le vallon, son aiguille qu’on escalade souvent, sa roche impressionnante posée là pour inquiéter les charretiers. Son profil est ici, quelque part à gauche, en montant après la bifurcation et, plus haut à droite, il a sa cheminée de 15m, puis sa bergerie en pierres sèches, aujourd’hui complètement ruinée..

Peut être que vous-même, promeneur égaré, y trouverez vous quelque chose lui appartenant : une main, une corne, sa fourche..? Car tout est à lui dans ce vallon ! Aussi, tachez de ne pas vous laisser tenter par le propriétaire, sinon, lui seul peut dire où il vous emmènera !

(d'aprés la "diabolique" prose de Monsieur LÉONE.)

 

Retour          Haut