L'HÔPITAL SAINT-JACQUES 

 

L'Hôpital Saint-Jacques en 1905

 

La fondation de cet hôpital remonterait au 4 décembre de l’année 1617. Anthoine Gueymard (1525-1617), un généreux donateur, marinier, armateur et commerçant de son état, en fut probablement l’instigateur : il fit construire "une maison au quartier de la Grange avec l'intention de la vouer et ériger en forme d'hôpital pour les pauvres indigents du dit-lieu passants et abordants".

 

Anthoine GUAYMARD

 

Sur le portrait d’ Anthoine Gueymard, conservé au Musée Ciotaden, on lit: "Anthoine Gueymard, fondateur de l'hôpital, mort le 18 mars 1617 à l'âge de 82 ans".

Et on retrouve trace, dans les archives communales, des dispositions testamentaires rapportées par le notaire : Maître Guys et que ses deux filles Marguerite et Louise exécuteront fidèlement après sa mort, en 1617 :

"Continuant la sainte intention de leur dit Père avaient remis dans la dite maison et habitation, trois lits de fer et deux lits de bois de noyer garnis pour le repos et commodités desdits pauvres..."

« Le 2 décembre, l'hospital Sainct Jacques fabriqué par feu Anthoine Gueymard, près le semetière a esté béni à la réquisition des filhes du dict Gueymard par Messire Barthellemy Prépaud, vicaire de l' esglise parochialle.… Le 24 du dict mois, sur le tard, ont faict entrer les pouvres dans le dict hospital… ».

 

Fronton de l'Hôpital

 

Louis Marin , sur la foi d'une épitaphe non datée, attribuera cette fondation à un Pierre André Marin (de sa famille ?) et ne dit pas un mot de Gueymard. Ceci est en contradiction avec le texte du notaire, mais aussi avec des lettres patentes , conservées à l'hôpital, par lesquelles Louis XV confirma, en 1766, cet établissement «fondé en 1617 par les soeurs Jaymade (sic), dans la jouissance des privilèges accordés aux autres hôpitaux du royaume ».

Toutefois, il existait certainement, à l'emplacement même où s'édifia la fondation de Gueymard, un hôpital plus ancien, construit en 1598, par la famille Marin. Et il est juste d’ajouter que d'importantes libéralités furent faites à l'hôpital Saint-Jacques par divers membres de la cette famille dont les portraits ornaient le hall.

Cédé par les filles Gueymard à la communauté en 1617, l’hôpital était géré par 4 consuls sortant de charge, dirigé par un hospitalier et sa femme, un aumônier faisant fonction d'économe... Entretenu par des dons et des privilèges, il put fonctionner jusqu'en 1972, année où l'actuel centre hospitalier du Bd. Lamartine prit sa suite. En 1973, l'établissement a été fermé définitivement et les derniers malades ont été transférés au nouvel hôpital.

 

L'Hôpital Saint-Jacques       L'Hôpital Saint-Jacques

 

Cet édifice aura donc assuré sa fonction d’hôpital et d’hospice durant prés de trois siècles et demi. Inclus dans « l’Ilot ou Carré Saint-Jacques », il comprenait deux bâtiments en forme de croix: le plus petit "l'hôpital vieux" comportait, à la croisée des couloirs, une chapelle dédiée à Saint Blaise et le bâtiment principal, dit "hôpital neuf", une chapelle dédiée à Note-Dame.Ce dernier a été remanié et agrandi au XVIIIème siècle par Jacques de Matignon, Abbé de Saint Victor et seigneur de La Ciotat. Il comporte des éléments architecturaux remarquables, dont le trés ancien dôme elliptique, de forme assez exceptionnelle, qui surmontait la chapelle et un escalier à double envolée.

 

L'escalier d'entrée

 

L'architecture et la décoration originelles ont été dénaturées par des utilisations diverses des bâtiments au cours de ces 40 dernières années. Mais aujourd'hui, un plan de rénovation et de réhabilitation est en cours qui devrait pouvoir enfin remettre en valeur les qualités architecturales de ce vénérable bâtiment.


Plaque de l'Hôpital

 

Retour          Haut