LE SABBAT DE FIGUEROLES

Un sombre soir de 1613, accourus depuis le Bec de L’Aigle et des hauteurs de La Garde, rasant les rochers en silence, une multitude se pressait en silence...

 

La Clanque de Figueroles

 

Ils étaient prés de trois cents, accompagnés de douze enfants de 11 à 12 ans, de deux prêtres, de cinquante femmes voilées et d’un grand personnage richement vêtu.

Ils vinrent s’accumuler vers le haut de la calanque à l’endroit où la source coulait fort après les grosses pluies d’automne.

Au dessus de cette source, on avait dressé un autel étrange, peint en noir, sur lequel étaient entassés des ossement et surtout un crâne énorme.

 

Les deux prêtres et le riche personnage brandissant une épée nue, se placèrent devant l’autel.

Un grand bruit se fit alors, déchirant la nuit, et une figure hideuse et diabolique vint occuper le centre de l’autel, juste au dessus du crâne qui flamboyait de l’intérieur.. Aussitôt, l’assistance poussa un cri sauvage et se prosterna…

 

 

L’apparition se mit alors à parler dans un langage étrange et incompréhensible et les enfants distribuèrent à l’assemblée des sachets que l’officiant leur avait remis.

Commença alors une danse frénétique et obscène, entrecoupée de cris immondes et bestiaux.

Minuit sonna à la cloche du bourg et des paysans, intrigués par tout ce vacarme, apparurent en haut de la falaise.. Du coup, la multitude se dispersa comme par enchantement…

 

 

A quelque temps de là, un pêcheur ramena dans ses filets un crâne que certains reconnurent comme étant celui qui trônait sur l’autel durant cette soirée diabolique…

(Adaptation d’après : Récits de veillées ciotadennes - A. Ricard, 1887)