L’ŒUVRE DE JEUNESSE

 

Le Père Allemand, fondateur de l'Oeuvre


Cette structure, plus que centenaire, est située boulevard Michelet, en plein coeur de la vieille ville et représente une véritable institution pour les ciotadens, jeunes et moins jeunes, qui ont passé ici quelques heures d'études ou de détente.

Le 13 Mars 1864, les responsables de l'Oeuvre de Jeunesse de Marseille fondent une succursale à La Ciotat. La maison mère, dans la capitale phocéenne, a été fondée en 1799 par le père Jean Joseph Allemand (dont le buste est toujours visible sur les murs de la chapelle ciotadenne). L’antenne de La Ciotat en est la troisième émanation.

Les Messieurs de l'Oeuvre formaient une communauté de laïcs qui se dévouaient au service des jeunes. Ils s'occupèrent de l'antenne ciotadenne jusqu'en 1925, date à laquelle elle fut confiée à la paroisse.

En 1927-1928 est créée la section J.C.O de l'association gymnastique et sportive : "La Vaillante". En 1950, une première troupe de scouts est implantée à La Ciotat et une chorale voit le jour en 1958.

 

Pélerinage et fête religieuse 1930



En 1971, c’est le départ du dernier aumônier et l'association "la Vaillante" prend alors le relais avec des responsables laïques à sa direction. C’est elle qui, encore aujourd'hui, et depuis 35 ans, gère et entretient les locaux.

L'administration de l'Oeuvre de Jeunesse se fait selon un calendrier qui tient compte des activités paroissiales ou extra paroissiales: rassemblements d'enfants et d’adolescents, stages et cours pour les jeunes et les adultes, catéchisme, kermesse paroissiale.

C’est un lieu de réflexion, d’animation et de rencontre qui s’ouvre maintenant à la jeunesse de toute l’Europe: pendant la période estivale, l'Oeuvre reçoit les camps de vacances de jeunes handicapés et organise des séjours pour les classes de découverte de la mer. Les locaux accueillent également des clubs de judo et de karaté.

 

Chapelle de l'Oeuvre en 1920

 

Les bâtiments ont connu, récemment, une série de travaux. Et, plus particulièrement la chapelle attenante à l'édifice principal qui fut édifiée selon le style néo-gothique ogival du 13ème siècle et dont la réfection a été possible grâce à une souscription publique. Les vitraux remarquables connaissent également une seconde jeunesse entre les mains expertes de maîtres verriers marseillais.

C’est donc dans un cadre rénové et avec enthousiasme que la vénérable institution aborde le second millénaire...

 

RETOUR      SUIVANT