Louis Joseph MAURIN  

(1859 - 1936)

Mgr MAURIN

 

Louis Joseph Maurin est né le 15 février 1859 à La Ciotat, de Dominique François et Joséphine Arnaud.


Alors qu’il était encore au séminaire, il fut, au début de septembre 1879, désigné par Mgr Robert, évêque de Marseille, pour aller suivre des cours de théologie au séminaire français de Rome. Sans doute avait-on déjà détecté son talent.
C’est à Rome qu’il fut ordonné prêtre, le 8 avril 1882. Il fut ensuite professeur de philosophie au collège Belsunce, puis curé à la Destrousse en 1885, vicaire à St Vincent-de-Paul en 1887, aumônier au Grand Lycée de Marseille en 1890, curé de Ste Anne en 1895 et de Ste Marguerite en 1899.
En 1908, Mgr Andrieu, évêque de Marseille, le nomma vicaire général et curé de St Charles. Avec l’intronisation de sa compatriote Mgr Fabre, il conserva son poste de vicaire général et devint recteur de Notre-Dame de la Garde en 1910.
Nommé évêque de Grenoble, il consacra à La Ciotat sa première visite de chef diocésain, le 30 octobre 1911, avant de partir pour la capitale dauphinoise où il fut sacré le 11 septembre 1911.
Archevêque de Lyon et de Vienne et primat des Gaules le 1er décembre 1916, il était élevé le 4 décembre suivant à la dignité de cardinal. Il reçut le pallium des mains du pape le 12 décembre 1916.

 

Le cardinal MAURIN


En novembre 1917, le cardinal Maurin adressa au clergé et aux fidèles de son diocèse une lettre sur la paix « juste et durable qui fait l’objet de tous nos vœux ». Le 4 février 1918, il lança aux catholiques une proclamation les engageant à fonder une « ligue des droits des catholiques » qui eut quelque retentissement.
Il fut légat pontifical à la consécration de la basilique St Martin de Tours, le 4 juillet 1925, puis au couronnement de Notre-Dame de la Garde de Marseille, en juin 1934.
Il aimait à venir toutes les années prendre quelques jours de vacances à la Ciotat, à « Notre Dame de la Salette » au quartier Maltemps. C’était pour lui une joie de rencontrer ses amis de jeunesse.


Mgr Louis Maurin est mort à Lyon le 16 novembre 1936. Une avenue de La Ciotat porte son nom.

Armoiries du Cardinal Maurin

Retour   Haut