Marius LIEUTAUD   

(1780 - 1870)

               

 

Antoine, Marius LIEUTAUD est né à La Ciotat, le 21 novembre 1780, de François Xavier et de Marie MONTAUD.


Il fut une figure locale des plus populaires et des plus estimées, à cause de sa vie pleine d’aventures (vraies ou imaginées) et de son dévouement envers ses concitoyens.
Il a laissé un « Journal » où il relate les évènements quotidiens dont La Ciotat était le théâtre, ainsi que de nombreux écrits de souvenirs. Malheureusement, sa carrière tumultueuse est très difficile à vérifier car, comme l’écrit Joseph CORNILLE, « LIEUTAUD semble atteint de mégalomanie ». Voilà néanmoins le récit de sa vie tumultueuse....sous toutes réserves.

 


Marius LIEUTAUD entra à onze ans, donc en 1791, au pensionnat des Frères des écoles chrétiennes à Marseille, mais n’y resta que quelques mois. En effet, les religieux ayant refusé de prêter le serment constitutionnel, le pensionnat fut fermé..
En 1792, Marius LIEUTAUD s’embarque alors comme mousse, à 12 ans, sur un bateau que commandait son père. Il visite ainsi l’Espagne, où il demeure deux ans, puis l’Angleterre. Il apprend la langue des deux pays qu’il parlera ensuite couramment.
En 1795, il est capitaine de prises sur un corsaire qui croise sur les côtes du Maroc et il raconte l’attaque à l’abordage d’un imposant trois-mâts anglais qu’il capture. Embarqué en 1801 sur la bombarde « THEVENARD », il se pique dangereusement l’artère du bras gauche et, la ligature n’ayant pas été pratiquée à temps, on doit l’amputer de l’avant-bras. Il doit alors abandonner sa carrière de marin.


Il part alors pour la Russie où se trouve son frère cadet et, avec lui, il explore les côtes nord de la mer Noire et parcourt à cheval toutes les hauteurs des montagnes de Tauride.

Il rentre ensuite à La Ciotat et retrouve, dans sa maison natale, le père VAILLE qui avait été son professeur d’hydrographie. L’abbé, malade, meurt bientôt et Marius LIEUTAUD se charge alors, au pied levé, de continuer à donner les cours d’art nautique aux dix-huit élèves du père VAILLE : ils seront tous reçus en fin d’année scolaire avec le grade d’aspirant de marine.

En 1815, le commissaire de police de La Ciotat, de santé précaire, doit se démettre de ses fonctions. Marius LIEUTAUD le remplace et, durant quinze ans, il occupe cette charge avec tact et doigté. Son indulgence ou sa rigueur implacable le font aimer et respecter.
Témoin du courage du Lieutenant GERY lors de l’attaque anglaise du 1er juin 1812, à l’Ile-Verte, Marius LIEUTAUD insista pour que le ministre de la Guerre donnât le nom de GERY au bastion de l’île, ce qui fut fait le 7 juin 1852.
Marius LIEUTAUD mourut le 25 janvier 1870, à l’âge de 90 ans, dans la maison paternelle au 5 de la rue Ste Anne (actuellement rue Ledru-Rollin).

 

 

Retour   Haut