Barnabé JEANSEAUME   

(? - 1738)

Barnabé Jeanseaume

 

Ce Barnabé Jeanseaume était un riche bourgeois dont la destinée aurait été bien banale, hormis le fait que, devenu Consul à La Ciotat de 1736 à 1737, il en profita pour y créer une structure "socio-économique" particulière, particulièrement innovante pour l’époque : un Mont de Piété.

Il ne s'agissait pas d'un système destiné à rapporter de l'argent, mais d'une caisse où les pauvres pouvaient trouver à emprunter, sans intérêt, de petites sommes pour leur subsistance contre la mise en gage d’un bien dont il n’avait pas le besoin vital. Quitte à récupérer, plus tard, le bien engagé dès que leur situation économique devenait plus favorable.

Mais pourquoi le nom de « Mont de Piété »? Il est en fait dérivé de l’italien « monte pietà » (crédit de piété) et l’expression a été mal traduite par les Français en "Mont"… Remontons dans le passé pour découvrir l’origine de cette institution particulière, encore présente de nos jours.

Le Mont-de-piété : "mons pietatis", déjà ébauché à Londres en 1361, fut crée en Italie, à Pérouse, en 1462, par un moine, Barnabé de Terni, qui eut l'idée de créer une institution caritative prêtant de l'argent sur gage. Les pauvres échappaient ainsi à la rapacité des usuriers, considérés comme les "voleurs du patrimoine de Dieu", en ruinant les populations car ils exigeaient parfois, pour le moindre prêt, des taux d'intérêts de plus de 130% !

Ce fut donc au départ une institution religieuse et même pontificale, puisque le Concile de Latran approuva formellement ces institutions sous réserve qu'elles n'exigent d'intérêts que pour couvrir leurs frais d'administration. Après avoir conquis le territoire pontifical italien, l’institution passe logiquement en Avignon (alors, également pontificale), où le premier établissement est ouvert, en 1577. Pour les riches qui alimentent les monts-de-piété, l'argent est en quelque sorte "blanchi" par l'usage charitable qui en est fait et devient un instrument de salut : grâce à sa transformation en bonnes œuvres, les fidèles espèrent gagner le paradis..

Plaque de l'Hôpital

 

Un équivalent laïc tentera une apparition, en 1637, à Paris : à l'initiative de Théophraste Renaudot (1586-1653), médecin plus connu comme fondateur de la Gazette, qui crée l'établissement de prêts sur gages dénommé "Bureau de ventes à grâces, trocs et rachats". Mais l'opposition des usuriers, de la Faculté de médecine (?) et du Parlement de Paris fait échouer cette première expérience. En 1643, Louis XIV autorise enfin 58 villes à établir des Monts de Piété. La caisse de Marseille, fondée en 1696, et qui existe toujours aujourd'hui, est l'établissement le plus ancien du réseau. D'autres caisses voient le jour dans les années suivantes : Apt, Tarascon, Brignoles, Angers, Montpellier.

A la Ciotat, ce fut le 15 mai 1736, 40 ans après Marseille, mais 40 ans avant Paris, que Barnabé Jeanseaume fonda un Mont de Piété, « dont les familles de marins retirèrent toujours un grand soulagement ». « Il avait considéré,.. dit-il dans l’acte de fondation, ..que les habitants de la Ciotat, dont toute la subsistance vient du trafic qu’ils font sur mer, sont souvent exposés, soit pendant leur service dans les armées navales de Sa Majesté, pour lesquelles la Ciotat fournit presque plus de matelots qu’aucun autre département ou quartier de la Provence, soit pendant leur navigation à bord des navires de commerce, à ne pouvoir envoyer des secours à leurs familles, ce qui met celles-ci dans le cas de recourir à des prêteurs qui les ruinent. »

Barnabé Jeanseaume, décédera le 27 mars 1738. Il avait fait héritier le Mont-de-Piété qu’il avait fondé de ses biens et de sa maison, et n’oublia pas non plus « les secours à donner aux pauvres malades » par testament solennel de mai 1738, « à condition qu’on l’ensevelirait au pied de l’autel de l’Hôpital St-Jacques de La Ciotat et qu’on mettrait son nom et ses armes sur son tombeau et à sa maison, qui servirait de bureau à l’institution. » Le 15 mai furent donc nommés, par le Conseil de la Communauté, les quatre premiers recteurs du Mont-de-Piété de La Ciotat (2 anciens Consuls, le Curé et un Notable) « qui entrèrent en exercice au commencement de juin pour y vaquer pendant une année. » L’émission des assignats viendra plus tard, détruire cet établissement utile, dont les quelques faibles rentes vinrent se confondre avec celles de l’hôpital.

 

Fronton de l'Hôpital


A Paris, ce ne fut qu’en 1777, qu’un Mont de Piété fût institué par Louis XVI et son lieutenant général de police : Jean Charles Pierre Lenoir. Un an après son ouverture, en février 1778, près de 130 000 objets y étaient gagés. Mais, en octobre 1789, à la suite de l’émission des Assignats, Louis XVI dut prélever 300 000 livres dans sa cassette personnelle pour restituer des objets gagés aux personnes les plus démunies!

Sous la Révolution, tous les Monts de Piété durent fermer.. Ils réapparurent sous l'impulsion, notamment, de Napoléon 1er qui, en 1804, leur octroie le monopole de l'activité de prêt sur gage et fait fermer tous les autres établissements de la capitale. Louis XVIII et Charles X maintiendront ces institutions.

On raconte que l'un des fils du roi Louis-Philippe : le prince de Joinville, se trouva un jour contraint de laisser sa montre en gage pour payer des dettes de jeu. À la reine Marie-Amélie qui lui demanda ce qu'était devenue la montre, il dit l'avoir oubliée «chez sa tante». D'où l'expression « ma tante » pour qualifier encore de nos jours le mont-de-piété !

 

Montre en gage

 

En 1918, les Monts de Piété changent d'appellation et deviennent : les "Caisses de Crédit Municipal". La loi du 24 janvier 1984 les intègre dans le système bancaire et leur confère le statut d'établissement de crédit. Elles accèdent aux marchés obligataire et interbancaire, et proposent même de nos jours des produits d'assurances, de placement et de retraite. La loi du 15 juillet 92 confirmera les caisses dans leur statut d’Etablissement public communal de crédit et d’aide sociale.
Aujourd’hui, tous les pays latins, disposent également de Monts-de-Piété, particulièrement en Amérique du Sud. Et dans le monde, on dénombre plus de 7000 institutions de micro-finance ou « banques des pauvres » qui financent quelques 15 millions de personnes.. !


   Emblème des Crédits Municipaux

Retour   Haut