André BRUE  

1654(?)-1738

 

Parmi les plus anciennes familles ciotadennes, celle des Brue, (à l’origine Bréo), compte de 1546 à 1784, pas moins de 27 membres qui ont rempli des fonctions de consuls (équivalent aux maires à l’époque).

Les parents d’André Brue, Etienne Brue et Angelette Génési, ont eu deux enfants à la Ciotat après 1654. Mais on ne trouve pas d’André Brue dans les archives de La Ciotat entre 1652 et 1656. Où est-il né exactement? Mystère.. Mais l’origine ciotadenne de sa famille ne fait aucun doute.

 

Portulan


Comme plupart des membres de sa famille, André Brue avait dû débuter sa carrière dans les Echelles du Levant (les « Echelles » désignaient des comptoirs commerciaux que la France possédait autour de la Méditerranée).

Mais le 4 juin 1697 il fut envoyé par la Compagnie royale de France à la concession du Sénégal qui s’étendait du Cap Blanc à la Sierra Léone.
Dès son arrivée, Brue déploya une activité extraordinaire pour renforcer la situation des établissements français alors misérables et précaires. Il explora le Haut-Sénégal, créa des postes pour surveiller les routes du trafic de l’or, détournant ainsi au profit de notre pays les caravanes convoitées par les Anglais. En 1700, il visite le sud de la concession, crée des comptoirs et rétablit ceux qui ont été abandonnés. Rappelé en France en avril 1702 par la Compagnie ruinée par la guerre avec l’Angleterre, il fut nommé directeur du Bureau central en décembre 1703.

Embauché par la Compagnie des Indes Orientales, dont le siège était à Rouen, il repart pour le Sénégal et se remet à la tâche.
En 1719, la Compagnie de Rouen fusionne avec la Compagnie d’Occident de Law pour former la Compagnie française des Indes. André Brue devient en 1720 directeur de la nouvelle compagnie à Marseille. Il continua ainsi à diriger, de loin, les affaires du Sénégal.

Brue avait donc servi trois compagnies qui lui accordèrent leur confiance. Il avait laissé des établissements plus étendus et plus forts. En cherchant à atteindre le Niger, il fut le précurseur de Faidherbe et l’un des fondateurs de l’Afrique Occidentale Française.

Retiré à Marseille en 1725, il se maria avec Thérèse Duport en l’église des Accoules, le 30 octobre 1726. Il avait 70 ans!

André Brue est mort à Marseille le 20 mai 1738. Il est inhumé dans l’église des Accoules.

Son nom mérite de figurer l'un des grands découvreurs français en Afrique. Ses « mémoires » ont permis au Père Labat d’écrire sa "relation de l’Afrique Occidentale".


La Ciotat XVIIème

 

Retour   Haut